Un site utilisant WordPress.com

Paimboeuf

Samedi 02 Juillet 2011 : Arrivée à Paimboeuf : Ecrire au peintre : duriot.pierre@bbox.fr

Vue de Donges : les quais pétroliers : 100X50

En février dernier, la raffinerie m’était apparue dans la brume. Depuis cette pointe au nom bovin, on aperçoit les superstructures de la raffinerie avec ses fûts, comme ils disent ici pour désigner les immenses cuves destinées à recevoir les chargements des pétroliers. Derrière l’amoncellement des tuyaux, on devine même le clocher de l’église de Donges, pointe anachronique au milieu des tours de craquage.  Je suis parti dès la sortie des classes. Vers 22h30, le vendredi soir, je garai le camion face au spectacle industriel de Donges. Les tours en activité permanente étaient illuminées de milliers de loupiottes blanches. Les cheminées, sur toutes leurs hauteurs, brillaient jusqu’à leurs cimes, très au-dessus des flots tranquilles de l’estuaire de la Loire. Quelques camping-cars m’avaient précédé, peu nombreux encore, la saison estivale commençait à peine. Au matin, le barman du coin vient vers moi, intrigué par le chevalet fraîchement installé. Il m’avait repéré la veille au soir et s’était demandé pourquoi un type pouvait bien venir dormir là.

Vue de Donges : la raffinerie : 40X80

Le panorama n’a pas bougé. Les tôles brillent dans le soleil du matin d’un reflet blanc accentué par les formes rondes. Les cheminées rouges et blanches tranchent par leurs verticalités. Les cuves aux tonalités blanc-bleu-gris offrent des surfaces lisses, contrastent avec les charpentes métalliques des amas de tuyaux. Le spectacle est total. Mes couleurs favorites sont neuves, mes stylos aussi, j’étrenne ce nouveau matériel avec la joie d’un enfant à Noël. En quelques heures, ma raffinerie se dresse dans une ambiance jaune orangée. Je m’acharne sur les kilomètres de treillis métallique. Les visiteurs sont nombreux, incrédules. Comment ce paysage peut-il attirer un peintre ? Quelques habitués, des gars du pays, partagent mon enthousiasme quant à l’esthétique de leurs installations portuaires. Elles ne polluent pas m’assure l’un d’eux. « Juste à côté, à droite, il y a une réserve naturelle, c’est dire ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s